mardi 26 mars 2013

Où se trouve le terrier du lapin blanc ? Au pied d'un arbre en papier ! [tuto]

CHAPITRE PREMIER.
AU FOND DU TERRIER.
Alice, assise auprès de sa sœur sur le gazon, commençait à s’ennuyer de rester là à ne rien faire ; une ou deux fois elle avait jeté les yeux sur le livre que lisait sa sœur ; mais quoi ! pas d’images, pas de dialogues ! « La belle avance, » pensait Alice, « qu’un livre sans images, sans causeries ! »
Elle s’était mise à réfléchir, (tant bien que mal, car la chaleur du jour l’endormait et la rendait lourde,) se demandant si le plaisir de faire une couronne de marguerites valait bien la peine de se lever et de cueillir les fleurs, quand tout à coup un lapin blanc aux yeux roses passa près d’elle.
Il n’y avait rien là de bien étonnant, et Alice ne trouva même pas très-extraordinaire d’entendre parler le Lapin qui se disait : « Ah ! j’arriverai trop tard ! » (En y songeant après, il lui sembla bien qu’elle aurait dû s’en étonner, mais sur le moment cela lui avait paru tout naturel.) Cependant, quand le Lapin vint à tirer une montre de son gousset, la regarda, puis se prit à courir de plus belle, Alice sauta sur ses pieds, frappée de cette idée que jamais elle n’avait vu de lapin avec un gousset et une montre. Entraînée par la curiosité elle s’élança sur ses traces à travers le champ, et arriva tout juste à temps pour le voir disparaître dans un large trou au pied d’une haie.
Un instant après, Alice était à la poursuite du Lapin dans le terrier, sans songer comment elle en sortirait.
[Lewis Carrol, "Alice au pays des merveilles", traduction par Henri Bué, Macmillan, 1869]

Ah bon ? Au pied d'une haie ? C'est d'un banal ! Un terrier de lapin blanc option montre à gousset, il me semble que ça pourrait avoir un peu plus de classe et d'originalité.
Et pourquoi pas au pied d'un arbre en papier ?
Un comme celui-là, par exemple :


Oui, tiens, pourquoi pas !
Un arbre en papier pour décorer la chambre d'une petite fille aussi « curieuse, extravagamment curieuse » que l'aventurière et rêveuse Alice.
Un arbre en papier comme cadeau d'anniversaire pour Elisa, la chouette copine de mes monstroplantes.
Tu en veux un tout pareil ? Facile.
Voici le tuto / les explications / le mode d'emploi : carton, papier, colle et cutter, et c'est parti mon kiki !


1 - Dessine ton arbre sur du carton épais. Le mien est tout en angles et traits, tu peux aussi bien t'en faire un biscornu et tout en courbes, mais tu feras moins le fier au moment du collage. Moi, j'dis ça, j'dis rien.


2 - Avec un cutter et sur un tapis de découpe pour ne pas flinguer ta belle nappe cirée à pois, découpe ton arbre, ainsi qu'une encoche de 2cm de haut et 4mm de large (4mm = le double de l'épaisseur du carton) au milieu du bas du tronc.
Découpe aussi 2 rectangles de 4 x 6 cm, avec une encoche de 2 cm de haut et 2mm de large (oui, j'ai fait un peu trop large sur mes cartons rectangles, mais ça a tenu quand même, grâce à la colle...).


3 - Tu glisses les deux rectangles mis dos-à-dos dans le tronc de ton arbre par les encoches et...


4 - ... youpi ! Ton arbre tient debout tout seul !
Allez, on ne se réjouit pas trop vite, y'a encore du taf.



5 - Il te faut maintenant de la colle et du joli papier.
Pour le papier, j'ai utilisé celui donné par le magasin Factory à Lille pour emballer mes cadeaux de noël. J'ai préféré les emballer dans du papier kraft décoré, et garder ce magnifique papier pour plus tard. Ouep, en gros, je fais un cadeau avec du papier cadeau. C'est conceptuel.
Pour la colle, j'ai fait de la colle de farine, que j'avais déjà utilisée pour recouvrir le compteur EDF et le meuble à chaussure et dont tu trouveras la recette ici : http://www.espritcabane.com/bricolage/colles-naturelles/colle-de-farine/



6 - Maintenant, tu t'armes de patience et de courage, et tu recouvres ton arbre en carton de bandelettes de papier déchiré et enduites de colle (dessus et dessous). Ne pas hésiter à superposer des couches de papier, ce sera plus solide...
Pour finir, découpe deux éléments jolis de ton papier que tu veux mettre en valeur (pour moi, Alice et le Lapin blanc !), et colle-les où bon te semble sur ton arbre.


7 - Va te laver les mains, change de tee-shirt (y'a plein de colle dessus), empêche le chat d'aller renifler ton œuvre d'art -il va coller des poils dessus, la colle ne sèche pas vite !-, va te faire un thé, et sirote-le à l'ombre de ton arbre en papier, youpi.
Alors ? Merci qui ? ;)

vendredi 22 mars 2013

Apprendre à lire ? LOL OMGWTFBBQ PTDR !!!

Voilà, voilà...
Il y a des jours où je sens une grande, grande lassitude m'envahir.
C'est ça ou je facepalm lvl over 9000.
"Apprendre à écrire ne sera plus obligatoire dans les écoles de 45 Etats américains"
Oui, oui, oui...


Allô, non mais allô quoi ! T'as un PC et t'apprends à écrire ? Allô ! Ch'ais pas, vous m'recevez ? T'as un PC et t'apprends à écrire, c'est comme si j'te dis : T'as un PC et t'as pas d'clavier, quoi !

Bon. Je vais me pendre et je reviens.
USA ! Toujours à la pointe du progrès, yeah !

mardi 19 mars 2013

Madeleine version papier.



Je n'ai aucune mémoire des noms, c'est terrible. Des titres, non plus. Je suis de ceux qui commencent leurs récits par "Mais si, tu sais, ce film de super-héros où y'a le type, celui qui joue toujours des rôles de méchant, il jouait aussi dans un autre film avec une blonde qui fait de la pub pour les parfums...", tu vois le genre. C'est assez horripilant pour mes interlocuteurs, ce genre de discussion. Et c'est dommage, vraiment dommage : même si j'ai adoré un livre, je ne me souviens pas toujours de son auteur ni de son titre, et si l'envie me prend de le relire, c'est foutu.

Ce midi, j'ai reçu un livre, par la poste. Un cadeau. Déjà, c'est chouette. Le nom de l'auteur me disait quelque chose : un nom qui fait tilt, un nom que je savais avoir déjà lu, et déjà apprécié. J'ai feuilleté les premières pages, commencé à le lire... Et paf.

Paf. Boum. Vlan.

Je me suis retrouvée 10 ans et même plus en arrière. J'étais encore étudiante, je me revois en week-end chez mes parents, j'ai pris un des nombreux livres qui trainaient sur la table de chevet de ma mère (la lecture, c'est dans les gênes), et j'en avais lu les premiers chapitres debout dans la chambre, subjuguée, amoureuse, sous le charme de cette belle écriture fluide et forte.
Une madeleine version papier.

Donc oui, Vincenzo, je l'ai déjà lu, ce livre. Mais je vais le relire. Avec grande joie.
Merci pour le cadeau, merci pour le flash-back.


http://2.bp.blogspot.com/-aGLUUrGnnWg/TmELl04eEKI/AAAAAAAAABw/l90WvQnL1hk/s1600/soie-alessandro-baricco.jpg


jeudi 14 mars 2013

TTT : et de un !

Sur le paquet cadeau :
"Alors voilà, on dit un snood, ça fait plus hype que tour de cou...
Mais bon, c'est quand même un tour de cou, quoi.
Qui ne tient même pas chaud, vu qu'il est tout fin et plein de trous.
C'est donc un snood purement décoratif, et par conséquent indispensable.
Bises,
Séco"

mardi 12 mars 2013

Anniversaire vert émeraude.

Ça n'est pas pour me vanter, mais j'ai des parents qui ont fêté il y a peu leurs 40 années de mariage. Et ouais. 40 ans, c'est pas rien. Surtout quand on connaît mes parents (C'est pas moi qui le dit, c'est eux ! Z'ont passé la soirée à se dire : "Tu te rends compte ? 40 ans avec MOI ?!?!" d'un air aussi admiratif qu'incrédule, c'est-y pas choupinou !).
Bref.
40 ans, ça se fête.
Alors mes parents ont réuni leurs zamis, et leurs filles (difficile de faire autrement, de toute façon sinon on se serait incrustées, sans dec').
Pour leurs noces d'émeraude (oui pour en arriver au stade des pierres précieuses faut se donner un peu...) le cadeau commun était tout trouvé : un séjour sur la cote d'émeraude, tiens, facile !
Et pour marquer le coup ?
My fabulous sister et moi-même avons demandé à chacun d'amener un petit quelque chose pour faire un grand tableau commun : des photos, des dessins, des cartes postales, et même des objets (pas une enclume, merci !), tout ce qu'ils souhaitaient ! Je me suis armée de mes pinceaux, de ma colle, de mes godets à peinture et zou, action !
...
Moui, bon, déjà, il a fallu aller chercher une toile plus grande que ce que j'avais prévu au départ. Prolixes, les copains ! Et puis le pistolet à colle, aussi. Il y avait des choses étranges à fixer... Pour les traces de pieds plongés dans la peinture, j'ai dit non. Papossib', y'a pas la place, Berthe. Pour tout le reste, on a trouvé ! Oui, même pour ajouter au tableau une sélection de mails parmi les 1348 (!!!) envoyés par ma Mantoune essentiellement (où l'on s’aperçoit que pour les mails comme pour les cartes postales, Papet se contente d'une signature, oh, eh, pas la peine d'en ajouter quand on passe après Maman...). Oui, même pour la boîte à musique et la guirlande d'éléphants. Oui, même pour les noeuds marins et les galets de la plage.
Et qui c'est qui va être o-bli-gé d'accrocher un grand tableau au mur du salon ?


tableau dada et papet.JPG
Oui, là, évidemment, on ne voit pas très bien.
Mais c'est très beau, en toute modestie bien sûr ! ;)

lundi 11 mars 2013

"La vie simple" - quelques minutes d'amour véritable.

Alors voilà.
Mardi dernier, il y avait un festival de court-métrages près de chez nous sur le thème de l'amour.
J'en avais offert une place à Pacsman, et, joie et bonheur, une amie nous a proposé de s'occuper des enfants. Mais vraiment s'occuper des enfants : elle est allée les chercher au centre de loisirs de l'école le mardi soir, et les a déposés au centre de loisirs du mercredi le lendemain matin. Trop de bonheur. Les bibous ont passé une super soirée chez leurs copines, et nous une super soirée tous les deux. Joie et allégresse.
(oui, ça fait très mère indigne, mais toi qui es parent, tu sais à quel point on les aime, ces loulous, et à quel point aussi on est content de passer une soirée sans eux !)

Les court-métrages, donc...
Il y en avait 10, un entracte avec du cidre, des gâteaux et des chamallows (youhouuuuu !), une mini-loterie où l'organisatrice s'excuse de vous offrir des cadeaux (incroyable), et même, même : une discussion à la fin avec l'acteur et les réalisateurs du film "la vie simple".
Et ça c'est chouette.
D'abord parce que c'est le court-métrage qui m'avait le plus touché.
Ensuite parce que, à en discuter avec eux, on découvre les pépites et la petite histoire derrière la grande, qu'on soupçonnait mais qu'on n'imaginait pas comme ça. Ça met en lumière et en valeur, ça touche encore plus, ça donne de la force à quelque chose de déjà très très touchant.
Enfin parce que Jean-Pierre Kalfon, l'acteur, m'a dédicacé une jolie carte toute simple, avec un stylo tout simple et une gentillesse toute simple elle aussi. 

 


Quoi d'autre ? Regarde la vidéo, c'est simple, et c'est beau.
Jean-Pierre Kalfon joue si bien qu'on a l'impression de voir un documentaire, une interview, plutôt qu'un film avec un scénario et un texte déjà écrit. Et ce texte, il est magnifique. Simple et juste.


Et maintenant ?
Sache que ce court-métrage a été réalisé pour un concours, avec un thème et une contrainte.
J'ai demandé, lors de la discussion, quels étaient ce thème et cette contrainte.
Tiens-toi bien :
       thème : interdit au moins de 18 ans.
       contrainte : moustache.
Et ouais... Ça calme, hein ?
La moustache : "ça tombait bien, Jean-Pierre en avait déjà une" dixit Luigi Migani. Et le thème ? Et bien, qu'est-ce qui est fondamentalement interdit au moins de 18 ans ? D'avoir eu une vie, longue, riche, remplie. Ou même triste et vide. Mais une vie, entière. Voilà qui change de ce qu'on attend quand on pense à "interdit au moins de 18 ans", pas vrai ?
De la finesse, de la délicatesse, et de la justesse.
C'est pas si facile de faire simple...

dimanche 10 mars 2013

Les TTT : Trois Travaux de Tricot (en cours).

TROIS projets en cours,
TROIS laines différentes,
TROIS outils différents aussi,
mais toujours le même goût pour les couleurs mêlées ! 

 
IMGP1443.JPG
Un châle / shawl (lol) en crochet, même modèle que celui de Mamie mais en violet et pour moi ! ... Y'a du boulot encore. On en reparlera dans quelques mois. 
 
IMGP1441.JPG
Un tour de cou (on dit un snood quand on est hype, re-lol) au tricotin, avec une laine assez fine mais de gros picots, option toile d'araignée. Bientôt fini ! 
 
IMGP1437.JPG
Et un... Truc (je ne sais pas encore ce que je vais en faire) : de la belle laine toute fine tricotée avec des aiguilles de différentes tailles, pour voir. C'est surprenant, ça rend pas mal. Reste à savoir comment l'utiliser. Et puis c'est long. On en reparle dans quelques années ? 
 
Voili, voilou...
Une petite note fort passionnante juste pour te prouver que mes petites mains pleines de doigts ne sont pas totalement au repos. Juste un peu. C'est que ça fourmille à l'étage au dessus : la caboche est à la limite de l'implosion, le processeur en surchauffe et tout et tout, mais c'est rien que du bonheur. Si.
A suivre !

vendredi 8 mars 2013

Journée de LA fââââââme ?!

Nous sommes le 08 mars, et je redoute cette journée... Comme le dit si bien mon ami Vincent (oui, j'ai des amis qui s'appellent Vincent) : "C'est en général celle où on entend le plus de joyeusetés mysogines."
Celle aussi où je dois expliquer, ré-expliquer, re-re-expliquer que oui, je suis féministe, que non, je ne me bats pas pour que les femmes soient supérieures aux hommes, que si, il y a toujours des combats à mener et que c'est pas gagné, et j'en passe...
Celle où je vois fleurir non seulement les opérations commerciales consternantes (listées ici par Sophie, par Olympe, et un peu partout autour de nous : ouvrez les yeux, ça fait peur ! *), mais aussi tout un tas de discussions passionnées, à défaut d'être passionnantes, sur le féminisme, la place des femmes, l'égalité des droits et des traitements... Brrr !
* sur twitter, le hastag #8marsFAIL recense les opérations consternantes, ne pas aller voir avant d'avoir pris un lexomil...
Le 08 mars,ne m'offrez pas de fleurs, je rêve de boules Quiès et de faire l'autruche sous la couette en attendant que l'orage passe.
Oui, c'est lâche.
Mais sans rire, je suis lasse de voir que dès lors que l'on parle de la place des femmes, il n'y a apparemment pas de place pour les nuances : ou bien je suis une dangereuse castratrice réclamant le droit de piétiner les hommes, ces vils machos, de mes talons aiguilles affûtés, ou bien je suis bobonne réactionnaire qui considère que tout ceci est bien normal et que "c'est la nature". Note que la seule exception possible entre ces deux tableaux excessifs ne fait pas plus envie : il consiste à débuter son discours par "je ne suis pas féministe, mais...". Youhou, sortez les cotillons.
Encore ce matin, un petit message sur mon mur Facebook  a été l'occasion d'un échange d'idées haut en couleur. Tous les prétextes sont bons pour monter au créneau. 
 


Au bout de 5 messages (le 1er étant de moi, d'ailleurs, mais je le compte quand même !), ça causait langage épicène, pornographie, féminisme, mais surtout agressivité et amalgames.
Cela m'interpelle et m'interroge.
Qu'est-ce qui explique que ces débats déchaînent autant les passions ?
Je m'en vais relire vite fait le billet de Sophie (encore ! ^^) sur les petites luttes qui n'en sont pas, parce qu'à force, ça finirait par me faire douter, tout ça... 
 
En attendant, belle journée à tou-te-s (oui, oui, c'est de l'épicène, va falloir s'y faire !), à celles et ceux qui restent vigilants et qui luttent chaque jour pour que les droits des femmes n'aient un jour plus besoin d'être célébrés par une journée entourée en rose sur le calendrier !
Il n'y a pas de petit combat.
Chaque grand voyage commence par un premier pas. 
 
Et ce soir, je fête avec mes consieurs-zet-frères l'obtention du grade master pour les orthophonistes, finissons la journée sur cette note positive !

jeudi 7 mars 2013

Mes timbres parlent !

J'adore les jolis timbres sur une enveloppe, ça change des Mariannes.
J'aime tout particulièrement les timbres signés Ben : 
 
Carnet_Ben_2011.jpg

Par contre, pour le courrier pro, c'est pas toujours facile à caser...
Je me vois mal envoyer un timbre "mots d'amour" au médecin à qui je fais parvenir mes CRyBtOnites, encore moins gâcher un "vous êtes formidables !" quand je renvoie une réclamation à l'URSSAF...
Mais aujourd'hui, j'ai connu un grand instant de bonheur en collant le timbre "pour l'instant tout va bien" sur l'enveloppe destinée à... Mon organisme d'assurance professionnelle.
Ouep.
Ça, c'est la classe, tavu ! 
 
photo.JPG

mercredi 6 mars 2013

-30% ? Encore mieux, -50% ! …

... soldes sur les encres !
Pas sur le prix de la cartouche.
Mais sur la quantité d'encre utilisée par ton imprimante.


Ta ta ta taaaaaaah, ta taaaaaah !
J'enfile ma cape (violette) de super-héroïne écolonogique pour te donner un p'tit filon.
Bon, tu connais sans doute déjà, mais sait-on jamais...
Si toi aussi tu en as marre de changer de cartouche tous les 2 jours 3/4,
Si toi aussi tu as le cœur qui saigne à l'idée de tout ce gâchis à l'impression,
Si toi aussi tu veux porter une belle cape de super-héros, et, why not, enfiler un slip par dessus ton pantalon,
alors CHANGE DE POLICE D’ÉCRITURE !

Or don't print and save a few trees!
Et oui, j'ai appris un truc intelligent en scrollant sur 9gag, tout arrive...

Car oui, certaines polices consomment plus d'encres que d'autres.
Passe de Arial à Century Gothic, et c'est 30% d'encre utilisée en moins.
Encore mieux : on divise par 2 la quantitée d'encre en utilisant Eco-font !

ecofont_logo_170px.jpgEt cette police Ecofont, comment ça marche ? C'est tout simple en fait : il y a de minuscules points blancs dans le trait noir. Imperceptible à l'oeil nu (enfin, sauf si tu passes en taille 32, mais là, de toute façon, toutes les polices sont moches...), mais qui suffisent à faire cracher moins d'encre à tes cartouches.
Pour utiliser Ecofont, il y a deux possibilités :
- télécharger la police gratuite sur le site d'ecofont (il faut juste donner son adresse mail, pas de spam à ce jour, ça n'a pas l'air si pire), l'installer dans son répertoire de police, et... C'est tout.
- acheter le logiciel ecofont qui ajoute des petits points blancs à n'importe quelle police utilisée, genre si tu tiens vraiment à te ridiculiser en écrivant en Comic sans MS tout en utilisant moins d'encre, c'est possible !
Voili, voilou...
Alors, elle est pas belle la vie ?

PS ) Sache quand même que pour le titre de cette note, j'ai failli écrire :
POLICE ! [d'écriture] Vos papiers s'il vous plait !
Ce qui en dit long sur le côté carambar de mes compétences rigololantes... Omagad je sens le coté paternel déteindre sur moi, et si tu connais le sens de l'humour de mon cher papounet, tu comprends bien mon désarroi, cétafreux !!!