dimanche 8 décembre 2013

Pelote, repelote et dix de der'.

Je suis en mode mono-maniaque du travail de la laine en ce moment.
Ça doit être l'hiver qui approche, les envies de combo cheminée-thé-tricot. Va savoir, y'a peut-être un gêne de la mémère qui sommeille en moi ? Et qui s'exprime dès que les premiers frimas pointent le bout de leur nez gelé ? Les points qui s'enchaînent, au crochet comme au tricot, ça a un petit côté hypnotique et reposant, et moi, ça me détend. Comme en plus ces derniers temps j'ai mis la main sur de belles laines, douces et faciles à travailler, j'en ai profité. Et, pour une fois, pour MOI ! Tout arrive...

1 - des fleurs multicolores : 




C'est le même modèle que celui utilisé pour faire l'écharpe de ma sister, mais avec un crochet n°6 et une laine funky qui change de couleur (quand on la tricote en jersey, ça donne même l'impression qu'on maîtrise le jacquard et les changements de pelote alors qu'en fait non, c'est que de la triche : cheaté !). Au lieu de "juste" crocheter une écharpe, j'ai relié les deux bouts pour faire un faux-snood : je le roule en deux tours autour du cou, et c'est chouette. Et j'ai crocheté des mitaines assorties, youpi.

2 - un bleu tout en camaïeu : 





Là, c'est du tricrochet, c'est-à-dire du tricot et du crochet : 
Hop, TUTO ! Le châle est tricoté au point mousse (une augmentation à chaque rang jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de laine disponible, 2 pelotes ici avec des aiguilles n°5), avec une bordure en demi-brides au crochet (avec un peu de la 3ème pelote). Des pompons pour décorer, des mitaines assorties (idem : corps au point mousse, bordure-couture au crochet), et quelques boutons nacrés : c'est prêt !
Et j'en profite pour remercier les copines-ortho-reines-de-la-laine qui me donnent le coup de pied aux fesses la motivation pour continuer mes essais ! Avec des conseils, des modèles et de bonnes adresses, ça va tout de suite mieux... Bisous !

lundi 2 décembre 2013

Serial crocheuteuse...

Après les cols vite faits avec de la méga-grosse laine, aka les cols de feignante du crochet (mais j'assume), je me suis décidée à faire un vrai beau col avec de jolis points.
Le modèle vient de (et y'a plein de belles idées qui donnent envie de s'agiter les mimines sur ce blog !), et la laine de... Ah ben je ne sais plus. De mon stock de laines en pagaille dans les paniers de mon atelier.
Alors certes, faut l'admettre, c'est un poil plus long que les cols bidouillés en vitesse sur la route il y a un mois, mais franchement, les explications sont super claires et ça reste assez rapide quand même, même pour les ramolli-e-s du crochets comme moi.
Et hop :




Alors ? Hein ? Pas si mal, non ?
Moi je le trouve TRÈS beau. En toute objectivité et modestie, bien sûr...
Voilà, il est terminé, emballé et prêt à partir... Et non je ne le garde pas pour moi, mais je m'en ferrai un autre je pense, il me plait bien !


Et donc, ça doit être la météo qui veut ça, mais en ce moment, je manie la laine à gogo. Crochet, tricot, et jusqu'en couture ou je bidouille de beaux lainages : en ce moment j'ai envie de chaud, de cocooning, de me poser au coin du feu avec ma laine à bidouiller, mon thé et mon chat sur les genoux. Oui, ça fait mémère, j'avoue. Nafout. J'ajoute un carré de chocolat (ou deux... Ou trois !) et tout de suite, ça ne fait plus mémère mais sérial-crocheteuse-hype de la blogosphère, oui m'sieur-dame, j'ai décidé.

Et tralalou bien sûr !

dimanche 1 décembre 2013

Je suis un couteau-suisse.

- Allez j'y vais, à ce soir. 
- OK passe une bonne journée. Tu fais un bisou aux enfants avant de partir ? Profite-z-en pour les réveiller.
- D'ac' mais je fais vite sinon je vais être en retard...
- Laisse tomber alors, ils ne vont pas aimer... Allez sauve-toi ! 


C'est mercredi, c'est journée pourrie.
Je pars il fait nuit, je rentre il fait nuit.
Entre les deux : 18 rendez-vous, une quarantaine de kilomètres, un sandwich avalé sur le pouce, 1 courrier très urgent, 2 juste urgents, 4 appels passés, 11 reçus, 5 thés.
Et à chaque rencontre, une tentative pour être là, vraiment là, pour avancer et faire avancer, pour ne pas faire capoter ce petit temps de la journée pour moi qui est un moment important de la semaine pour eux. Enfin j'espère...

C'est l'heure de Lino, petit loulou paumé en mal avec les mots, de parents paumés en mal avec l'administration. Je suis orthophoniste et assistante sociale.
Je cours à l'EPHAD retrouver mes "p'tits vieux", Jacqueline se plaint des plats mixés trop fades qui lui font perdre du poids. Je suis orthophoniste et conseil gastronomique.
Marcel, lui, a la goutte au nez et n'arrive plus à se moucher, et puis il a fait tomber sa bassine. Je suis orthophoniste et aide-soignante.
Je retourne au cabinet, retrouver Pascale et sa maladie neurodégénérative. Aujourd’hui c'est journée déprime, elle pleure et me déballe tout ce qu'elle a sur le cœur. Je suis orthophoniste et psychologue.
Quand la jeune Sophie, dysorthographique qui reprend une rééducation à 23 ans, débarque avec son CV et sa lettre de motivation, je suis orthophoniste et écrivain public.
Mon logiciel s'enraye, un vilain bug me bloque, j'enfile ma casquette d'orthophoniste-informaticienne.
Et voilà que les ambulances du Parc sont en retard. Le petit Kyllian panique. Je reste avec lui et l'occupe en attendant le chauffeur. Tant pis pour ma pause. Je suis orthophoniste et baby-sitter.
Un trou dans mon emploi du temps, j'en profite pour mettre à jour les dossiers, orthophoniste-secrétaire, et puis va falloir que je m'occupe un jour de cette fichue comptabilité, orthophoniste-comptable(-ratée).
Voici Alex, en retard comme d'hab' (hop, un thé !) mais il a une excuse : sa petite copine l'a plaqué. Ah non, pardon : sa meuf l'a lourdé. Trop zarb, mais qu'est-ce qui va pas à la fin ? Je suis orthophoniste et horlogère des mécaniques du cœur.
Dominique et sa voix cassée arrivent ensuite, elle ne peux pas s'empêcher de crier avec ses enfants insupportables qui la font tourner bourrique ! Comment faire pour calmer le jeu ? Je suis orthophoniste et super-nanny.
Pour préparer l'arrivée de Lenny, petit autiste qui pioche des mots au hasard, j'imprime, coupe, colle et plastifie, un cahier de communication c'est pas si simple. Je suis orthophoniste et bricoleuse.


Stop.
Fin de journée.
Je remballe tout, éteins le PC, range les dossiers, fais ma p'tite vaisselle et passe un coup de balai. Je suis orthophoniste et femme de ménage, aussi. Mais là, c'est fini. Je me rentre !

- ... Je suis là !
- Salut ! Ça a été ta journée ?
- Comme d'habitude, et toi ?
- Ça va. Les enfants sont couchés. Va leur faire un bisou, je crois que Number One ne dort pas encore... Par contre Numéro Bis écrase, elle était crevée !


... Raté, Number One dormait déjà, en fait.

video
 _____________________________________________________

Ah, et au delà de ça, je ne suis pas QUE orthophoniste.
Oui, il y a une vie en dehors du boulot. C'est un concept intéressant.
Non, on ne débranche pas l'orthophoniste en fin de journée, mannequin qui s'affale sur le bureau en attendant de se redresser, tel un diablotin qui sort de sa boite, au patient suivant.
Quand je ne travaille pas, je suis chez moi.
Et même, aussi incroyable que cela puisse paraître aux yeux de certains de mes petits patients, je dors, je mange, et je... Je... Fais pipi. Si. Wahou, la révélation a été brutale, toutes mes excuses.

Ce qui veut dire que la fonction orthophoniste-couteau-suisse n'est finalement qu'un appendice du méga Séco-couteau-suisse. Nous voilà bien.


Mais en fait, ça va, hein.
Sauf le mercredi. Mais sinon, ça va...
C'est juste que je voudrais bien quelques heures de plus par journée. *
C'est juste, surtout, que là, j'ai cette satané comptabilité du 3ème trimestre à finir (tu sais, ce fameux trimestre où j'ai lancé le programme ChagerDeVi(ll)e2.0, c'est très sympa aussi niveau compta !) et des CRBO à taper (oui, comme d'hab' aussi...) alors bon, discuter couteau-suisse me semble finalement une bien meilleure option.
* Heureusement, Madame Ratonne a trouvé THE solution : "Alors.... Il faut passer un coup de téléphone sur le portable de superman pour lui demander de tourner, en volant, de l'espace, à l'envers, autour de la Terre à 99,999999999999999999999 % la vitesse de la lumière (le nombre de 9 est vachement important doudou a fait le calcul durant un quart d'heure) et tu pourras avoir tes heures en plus." Yapluka ! \o/